Visite à l’unité de tri-méthanisation-compostage de Chagny : ECOCEA
Article mis en ligne le 30 mars 2016
dernière modification le 30 mars 2018

par Jacquet Dupuis C, CPE
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

"A quoi ça sert de trier nos déchets domestiques ?" "Sont-ils valorisés" ? De quelle manière et par quelle(s) technologie(s) ?"

Ce sont ces questions que nous nous sommes posées avant d’avoir la chance de visiter le 25 septembre 2015 le site ECOCEA situé à Chagny.

[rouge]Nous y avons découvert un site incroyable[/rouge] par sa taille (15 hectares), par la quantité astronomique des déchets enfouis (le site est quasiment tout utilisé, et sans grande possibilité d’extension à moins de déplacer des espèces protégées -oiseaux et batraciens) ... mais aussi par la recherche qui y est menée tant pour un tri de qualité que pour la valorisation de nos déchets.

En effet, l’idée développée ici est la suivante : [rouge]un déchet sans aucune valeur ajoutée, et donc en fin de cycle, EST une source d’énergie.[/rouge]

C’est le pari relevé par ECOCEA.
L’objectif est de recycler ce qui peut l’être, de produire du compost (vous nous direz que ce n’est pas révolutionnaire ... nous en convenons) et du biogaz qui sera épuré pour devenir du biométhane avant d’être injecté dans le réseau de transport de gaz (c’est là que réside l’originalité du projet). Ce gaz est acheminé jusqu’à la fabrique de tuiles située à une centaine de mètres et sert à la cuisson de celles-ci. Ainsi 1/3 du gaz utilisé par l’usine TERREAL est du "gaz vert".

Une des fosses emplie avant qu’elle ne soit couverte de terre puis enherbée.

[rouge]Les bénéfices pour notre environnement immédiat sont conséquents :[/rouge]

- 5 800 tonnes/an de rejets de CO2 dans l’atmosphère évités,
- 28 GWh/an de gaz non consommé. Pour information, 28 GWh/an correspondent au carburant nécessaire à une flotte de 120 bus pour un an, ou bien à la consommation d’environ 2 500 foyers qui utiliseraient le gaz pour se chauffer.
- le compost lui est destiné à la fertilisation des sols agricoles à proximité.

Les bénéfices se comptent également en emplois créés (17 emplois) et en diversification du mix énergétique sur notre territoire.

Voici donc un[rouge] bel exemple d’économie circulaire inscrit dans la dynamique de transition énergétique[/rouge]1 dont nous avons pu prendre la mesure au cours de cette visite : diminution des émissions de gaz à effets de serre, recyclage des déchets collectés sur le territoire, diminution de nos importations de gaz naturel, mais aussi création d’emplois locaux.

1 les Herbes Folles avaient participé aux Rencontres Nationales Territoire Energie Positive les 5, 6 et 7 juin 2013 à Cluny


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • base_herbes_folles.xlsx
  • 11.1 ko / Excel

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.22