Lycée La Prat’s, Cluny

Accueil > Classes préparatoires > Témoignages d’anciens élèves > Mon parcours prépa-ENSAM-entreprise

Mon parcours prépa-ENSAM-entreprise

mardi 15 février 2005, par Redacteur PT

Maxime vous encourage à faire une prépa PT à Cluny

Maxime, élève de la promotion La Prat’s 1998
(novembre 2004)

Avant la prépa

J’ai fait une terminale série S option Sciences Industrielles au lycée Parriat de Montceau-les-Mines. Je faisais partie du premier tiers de la classe et j’étais assez à l’aise en maths à aligner des équations. Il n’en était pas de même en physique où je subissais chaque minute. Je travaillais suffisamment pour ne pas m’attirer les foudres parentales (pas trop vite le matin et doucement l’après midi).
Au moment de choisir mon orientation post-bac, j’ai opté pour une demande en prépa, sur les conseils de mon professeur de Sciences Industrielles qui me jugeait capable d’y réussir. J’ai eu le bac avec mention Assez Bien.
Pourquoi le choix d’une prépa PT ? Parce que j’ai un esprit plutôt pragmatique et que j’aime bien bricoler sur les moteurs et autres systèmes. Mais surtout je ne me sentais pas capable de faire une prépa MPSI, la filière que choisissent en priorité les tous meilleurs élèves de terminale S !

En prépa

En CPGE, au premier abord, les cours sont assez lourds et parfois assez « intellectualisés » (au risque de vous effrayez, oserai-je vous parler d’un endomorphisme dans un espace vectoriel de dimension n et de son noyau [Kernel pour les intimes] !). Les cours de Sciences Industrielles étaient pour moi très intéressants car concrets. Je continuais à « subir » en Physique. J’ai continué à apprécier les mathématiques grâce à son enseignante, criante de dynamisme  !
Les horaires, indigestes au départ, deviennent rapidement communs, et le rythme de la prépa s’acquiert bien, avec un peu de rigueur… et pas mal de travail.
Mais la prépa c’est aussi énormément de soirées inoubliables entre « collègues », à se marrer à 3h du mat’ en finissant un devoir de maths !
Personnellement, j’ai fais trois ans dans cette prépa et en plus de la recommander, je la souhaite à tout le monde : j’y ai appris l’efficacité, la rigueur et l’organisation, valeurs qui s’avèrent bien utile par la suite dans la vie d’étudiant puis d’ingénieur.
A la fin de mon passage à la Prat’s, j’ai décroché plusieurs écoles dont l’ENS Cachan et l’ENSAM avec un bon classement, alors que je n’étais pas parmi les plus brillants au départ en prépa.

En école d’ingénieur

Je suis parti m’exiler à l’ENSAM de Lille plutôt que de choisir le centre de Cluny, proche de chez moi. Cette école propose un cursus solide qui s’appuie essentiellement sur une formation pratique, en ateliers et laboratoires d’essais, et sur une connaissance scientifique étendue, ceci afin de mieux appréhender les mécanismes industriels. Pour aborder une école telle que l’ENSAM, la formation PT est, selon moi, la meilleure des filières car elle colle complètement à ce type de cursus technique/scientifique. J’étais bien plus à l’aise que les élèves issus de MP ou PSI pour aborder les techniques d’industrialisation (usinage, forgeage, fonderie…). Il faut avouer cependant que c’était l’opposé en programmation !
A aucun moment de mes trois années en école d’ingénieur, je n’ai regretté d’avoir suivi une filière PT, bien au contraire …

Aujourd’hui …

Je suis sorti de l’ENSAM en juin 2004. Je travaille actuellement dans les matériaux de construction où je manage des agents de maîtrise. Je fais de la gestion de production et du suivi clients. On peut considérer que l’ensemble des connaissances acquises en prépa ne me sont que très peu utiles. Par contre, la gestion du temps, le besoin d’organisation et de rigueur font appel à des acquis issus de mon vécu de la prépa !

Le plus de Cluny

Si tu veux faire une prépa PT, je te conseille d’aller à Cluny pour plein de raisons, mais surtout pour la bonne ambiance entre élèves (assez commune dans toutes les PT à ma connaissance) et pour l’équipe pédagogique qui est franchement géniale. Chacun des profs a son argument pour séduire : le dynamisme, l’humour, la passion, … Plus que de simples profs, des légendes vivantes !!

Le mot d’un ancien professeur de Maxime

Je reconnais bien Maxime à travers ce témoignage… Toujours prêt à la plaisanterie, mais un travail bien maîtrisé au final.
Surtout, il reste pour moi l’illustration du type d’élève avec lequel j’aime travailler : amenant de la convivialité mais aussi capable d’installer un véritable travail de collaboration tant avec ses professeurs qu’avec les autres élèves.
Je ne commenterai pas le paragraphe final de son témoignage : il lui appartient…

Lucien Galland,
professeur de Sciences Industrielles.